L’ostéopathie en quelques mots

– Historique

Décrite au XIXe siècle par l’américain Andrew Taylor Still, l’ostéopathie est une méthode de soins naturelle basée sur des manipulations osseuses ou musculaires, dont le principal outil d’analyse et de traitement est la main. Son fondateur partait du principe que le bien-être du corps humain est lié au bon fonctionnement de son appareil locomoteur (squelette, articulations, muscles, tendons, nerfs) et permet au corps de retrouver tout son équilibre et son fonctionnement optimal, c’est à dire son adaptation, afin qu’il puisse activer le principe vital d’auto-guérison.

Utilisant des techniques variées, mais exclusivement manuelles, l’ostéopathie repose sur un concept qui prend en compte l’unité du corps humain, reliées entre elles par l’intermédiaire des tissus organiques, et ce, à tout âge de la vie.

Cette discipline a pour objectif de rétablir les fonctions de l’organisme en traitant les causes des douleurs et des troubles fonctionnels. Elle agit à distance à partir du système musculo-squelettique sur les principaux organes du corps humain en utilisant des techniques de pression, d’élongation ou de torsion.

Cette pratique, s’appuie sur une connaissance parfaite de l’anatomie et de la physiologie.

L’ostéopathie en Belgique 

Les premiers ostéopathes Belges commencent à professer au début des années 70. Ils ont obtenu leur diplôme au Royaume Uni ou en France.
En 1976, la première formation à temps partiel est ouverture à Bruges.
En 1986, La Société Belge des Ostéopathe (SBO), première union professionnelle voit le jour.

En 2000, Le GNRPO, une organisation reprenant les différentes unions professionnelles voit le jour. Son but est d’adopter une position commune pour la défense socio-professionnelle de la profession.
En 2004, l’Université Libre de Bruxelles( ULB) débute une formation académique et officielle en 6 ans.

 

– L’OSTÉOPATHIE EN PRÉVENTION

En permettant au corps de maintenir ses capacités à s’autoréguler, l’ostéopathie aide le patient à préserver toutes ses facultés de lutte contre les maladies.
L’ostéopathe peut, en prévention, identifier certains points faibles chez son patient qui pourraient potentiellement être sources de blessures ou de douleurs à venir, voire de freins à la mobilité des tissus de la personne.

Des traumatismes physiques ou émotionnels peuvent avoir laissé des contraintes importantes dans les tissus des patients, sans que ces derniers en aient conscience car ils n’en souffrent pas ou plus. Ces traumatismes identifiés par l’ostéopathe seront considérés dans la prise en charge. Préventive, l’ostéopathie permet également au sportif une meilleure préparation physique et mentale. Ainsi, même sans aucun symptôme, il est important de consulter un ostéopathe à chaque changement de saison et/ou avant la reprise d’une activité physique.

 

– L’OSTÉOPATHIE EN TRAITEMENT

L’ostéopathie est d’abord reconnue pour sa capacité à soulager les affections et les troubles du système musculosquelettique, dont le mal de dos prend une large partie.

Il s’agit à la fois de problèmes aigus comme les entorses, les blessures sportives ; ou chroniques comme les hernies discales, les lombalgies, les douleurs articulaires, les douleurs périnatales, les scolioses et les tendinites. La fasciite plantaire, les troubles musculosquelettiques (TMS) causés par les postures de travail (travail prolongé à l’ordinateur par exemple), et le syndrome du canal carpien sont également traités par les ostéopathes.

Selon les praticiens, l’approche serait aussi en mesure d’intervenir sur plusieurs autres systèmes, ce qui lui permettrait également de soulager ou de soigner les affections suivantes :

– Retrouver de la mobilité à la suite d’interventions chirurgicales

– Soulager la sphère céphalique et ORL (le hoquet, les acouphènes, …)

– La sphère intestinale

– La sphère pelvienne